La directrice générale du Collège de Maisonneuve remporte le Prix interculturel de Montréal Abe-Limonchik

Mme Malika Habel, directrice générale du Collège de Maisonneuve, a reçu le Prix interculturel de Montréal Abe-Limonchik lors d’une cérémonie à l’hôtel de ville de Montréal qui visait à récompenser une personne, un organisme à but non lucratif et une entreprise du secteur privé s’étant engagés dans l’évolution des relations interculturelles et dans la promotion de la diversité.

La vice-présidente du comité exécutif, responsable de l’habitation, de la gestion et planification immobilière ainsi que de la diversité montréalaise, Mme Magda Popeanu, a décerné le Prix interculturel de Montréal Abe-Limonchik 2018 dans la catégorie individu à Mme Malika Habel : « Cette directrice a été à l’origine de plusieurs actions visant à promouvoir la diversité et l’avancement des relations interculturelles. Elle a notamment mis sur pied le Carrefour de l’interculturel, de l’international et des relations avec la collectivité (CLIIC). De plus, elle a réalisé un plan de formation et de sensibilisation en lien avec la prévention de la radicalisation pour son personnel et a proposé au Gouvernement du Québec un projet de recherche-action visant à mieux comprendre le phénomène de la radicalisation chez les jeunes issus de l’immigration. Elle a également élaboré et déployé un projet-pilote sur le vivre-ensemble sur les trois campus du Collège proposant des mesures d’appui à la diversité ethnoculturelle, dans le but de servir d’exemples aux autres maisons d’enseignement ».

Mme Habel s’est dite honorée de recevoir un tel prix et a tenu à souligner que « la communauté du Collège de Maisonneuve est animée depuis longtemps par la volonté de mettre l’interculturel au cœur de ses actions. C’est grâce à cette volonté et à l’expertise développée au cours des dernières années que nous avons pu mettre de l’avant des pratiques novatrices et les partager avec nos partenaires du réseau de l’éducation », a-t-elle soutenu.

Mme Habel est très consciente des défis auxquels les milieux scolaires de Montréal doivent faire face et elle souhaite que son expérience puisse servir à d’autres. Elle n’hésite donc pas à utiliser toutes les tribunes qui lui sont offertes pour valoriser la diversité ethnoculturelle et enrayer la discrimination :

« Mme Habel s’implique dans les activités de la Chambre de commerce de l’Est et sur les comités de travail de façon notable en contribuant entre autres à conscientiser les directeurs de petites et moyennes entreprises à la nécessité de travailler à l’intégration professionnelle des immigrants. »

Christine Fréchette, présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal

« Elle travaille fort pour éliminer les obstacles qui créent des inégalités comme la discrimination et le harcèlement. Elle a mis en place des politiques, de la formation pour le personnel et des pratiques novatrices qui favorisent l’équité et l’inclusion de même que la réussite des étudiants en classe, en milieu de travail et dans la société. »

Denise Amyot, présidente-directrice générale de Collèges et Instituts Canada

« Mme Habel a instauré une nouvelle façon de répondre aux enjeux de société en faisant de la diversité culturelle une force plutôt qu’un obstacle. C’est le regard visionnaire de Mme Habel qui est à l’origine de la première étude jamais réalisée au Canada et à l’international sur la radicalisation en milieu scolaire. »

Herman Deparice-Okomba, directeur général du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence