Projet pilote Vivre-ensemble

Un contexte

En mars 2016, la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, madame Hélène David, a octroyé au Collège de Maisonneuve une subvention de 400 000 $ pour mettre en place des mesures d’appui à la diversité ethnoculturelle.

Antérieurement à cette subvention, l’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants (IRIPI) du Collège de Maisonneuve a produit le rapport de la recherche-action Les étudiants face à la radicalisation religieuse conduisant à la violence : mieux connaître pour mieux prévenir (PDF) qui s’inscrit dans le cadre du Plan d’action gouvernemental 2015-2018. La radicalisation au Québec : agir, prévenir, détecter et vivre ensemble.

C’est sur la base des recommandations de ce rapport de l’IRIPI que le projet pilote Vivre-ensemble a pris appui.

Un rapport d’activités

Le rapport d’activités du projet pilote Vivre-ensemble dresse le bilan de l’ensemble des activités en appui à la diversité ethnoculturelle au Collège de Maisonneuve.

Note des auteurs

La publication, le 16 février 2018, du Rapport d’activités du projet pilote Vivre-ensemble a donné lieu à des réactions publiques imprudentes en ce qui a trait à une certaine forme d’autocensure. Un fait isolé, et qui demeure encore à documenter, a fait l’objet d’une généralisation précipitée.
Aussi préoccupant que soit le phénomène, nous n’avons pas pour le moment une idée juste de son étendue. Nous cherchons à prendre la véritable mesure de celui-ci, mais il n’a pas, à ce jour, dépassé le stade de l’anecdote. Aussi, nous sommes d’avis qu’il conviendrait de patienter un peu avant de hâter des extrapolations potentiellement nuisibles au vivre-ensemble. Le Collège fera une mise au point lorsqu’il disposera d’informations fiables. Entre temps, une lecture du rapport peut s’avérer utile.

Les auteurs

 

Un besoin de formation comblé par une nouvelle AEC

À travers son expérience, le Collège de Maisonneuve a constaté, dans le cadre du projet pilote Vivre-ensemble, qu’il existait peu de ressources formées pour effectuer un travail de proximité avec les étudiants dans un contexte institutionnel.

Une équipe du Collège a donc entrepris de développer une attestation d’études collégiales en travail de rue appliqué aux institutions et aux organismes en jumelant son expertise en intervention en délinquance à celle des intervenants du réseau communautaire.